Gran Café Tortoni

Un peu de magie. De sensations et de drames. Je vous parle d’une superbe bande-dessinée : Grand Café Tortoni de Philippe Charlot et Winoc.

Résumé : Un jeune danseur débarque à Buenos Aires dans l’espoir de devenir l’élève du mythique maestro qui vit reclus dans son appartement jouxtant le Gran Café Tortoni. Une proie rêvée pour la Mina, en quête d’un nouveau faire-valoir qui relancerait sa carrière déclinante. Hélas, tango et innocence ne font guère bon ménage. Pour briller, un tanguero doit s’être frotté à la passion et au désespoir amoureux, à la poésie et au théâtre, au sublime comme à l’insignifiant… Mais surtout, il doit avoir contemplé ses propres démons pour espérer tutoyer un jour les anges de la danse. Les habitués du Gran Café Tortoni ont connu tout cela et adorent en parler.

Plusieurs histoires…
La composition de cet album est particulière. Au premier abord, il peut sembler que ce n’est qu’une histoire. Celle de ce jeune danseur qui veut rencontrer le grand maestro. Mais, en s’approchant de plus près, on remarque que ce sont des histoires. Oui, des histoires. Les histoires des uns et des autres. Les drames, les amours, les danses… Dans cet album, on va nous conter mille et une histoires, mille et une aventures, défaites, utopies, et joies. Dans ce superbe café de Buenos Aires, c’est la vie qui va nous être contée. La vie vue par des danseurs, des artistes qui croquent le monde et ce qu’il a à offrir à pleine dent. Parce que c’est là l’essence du tango. Se confronter à tant d’émotions, de sentiments, de faire corps avec son âme, ses drames et ses faiblesses. Alors dans ce superbe café, une ribambelle de personnes vont conter leurs histoires, pour confronter ce jeune danseur à l’essence même du tango. Entre passions et désillusions, j’ai passé un excellent moment.

Une BD magique…
Les effets seuls de la couverture et du résumé m’ont fait rêver. J’ai vu des couleurs, des larmes et des sourires. J’ai vu tant de choses et surtout de l’amour, même peint de désespoir, j’ai vu de l’amour. L’album est à l’image de la couverture : poétique, voluptueux, évanescent… Après chaque histoire, on a l’impression d’émerger d’un conte infini. J’ai adoré cette sensation d’être sur un nuage, d’une douceur étonnante. On vole au milieu de tant de souvenirs que c’en est éphémère. Et la couverture le représente parfaitement. Le résumé est aussi splendide que les textes à l’intérieur de la BD, chaque mot trouve sa place, à l’image d’une danse maîtrisée et complexe. Tout joue pour et avec le tango, nous entraînant dans cet amas de sentiments et de sensations passionnels…

Au final, cette BD est une merveilleuse découverte. Pour une plongée au cœur de l’essence même du tango et d’un superbe café, dit mythique, de Buenos Aires. Un voyage à entreprendre ! Pour vous procurer cette BD, c’est par ici

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s