Tuez-moi demain

Un polar. Un drôle de polar. Un drôle de bouquin. Une drôle d’histoire. Une drôle de plume. Bref, je vous parle de Tuez-moi demain de Dominique Terrier.

Résumé : Dominique Terrier nous embarque dans ce road movie rocambolesque passant par Paris, Lyon, la Corse, Londres ou encore l’Ecosse, met en scène Poulbot et sa bande de potes, un brin marginaux, liés à la vie à la mort depuis l’enfance. Toujours partants pour des coups fumants ou fumeux, souvent à l’insu de leur plein gré, les joyeux drilles vont croiser des trafiquants d’organes, des nazis en mal de suprématie, le chanteur de Deep Purple et un diamant disparu depuis la seconde guerre mondiale.

L’intrigue…
Nous suivons Poulbot, qui tombe sur un os, comme on dit. J’ai eu du mal à suivre l’histoire au début, le temps de m’habituer au style de l’auteur. Puis, à la fin de ma lecture, j’ai pris un peu de hauteur. Finalement, ce roman évoque une pierre précieuse que de nombreuses organisations recherchent, dont une nazie. Cette organisation va tout faire pour récupérer cette pierre. Ainsi, Poulbot va laisser bien des cadavres derrière lui en tentant d’échapper à ces criminels. En chemin, il fera bien des rencontres et nous subirons bien des digressions. J’ai trouvé certaines événements absurdes, peu réalistes aussi, mais tout à fait dans l’esprit « rocambolesque » du roman.

Le style…
Si le style est travaillé et sort de l’ordinaire, je n’ai pas vraiment accroché. C’est tout un ensemble qui a eu tendance à me rebuter, jusqu’à la fin. Tout d’abord, je n’ai pas vu en quoi ce roman était un polar. Un thriller à la limite, mais pas vraiment un polar. Ensuite, les nombreuses digressions m’ont fait perdre le fil de ma lecture de trèèèèès nombreuses fois, jusqu’à devoir relire plusieurs fois certains passages. Autant dire que ma lecture fut pour le moins laborieuse. La plume de l’auteur, quant à elle, est plutôt originale. Il m’a semblé qu’il utilisait plusieurs fois des expressions propre à un patois de province. Ce qui a eu pour effet de me perdre encore un peu plus. Je pense que ce roman saura trouver son lectorat, mais malheureusement, je n’en fait pas partie.

Au final, c’est un avis bien court que je vous propose aujourd’hui, mais je ne vois pas quoi ajouter d’autre. Je suis passée complètement à côté de ce roman. Dommage. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s