Interview d’écrivaine : la Marquise de Carabas + des cadeaux à gagner

Une femme arrive en offrant à la vue de tous un plateau d’argent. Sur celui-ci, l’on peut admirer une petite créature mi-humaine mi-chat qui se tient fièrement dans une robe grand siècle. Cette dernière toise l’assistance avec malice et défi. Une voix suave s’élève au dessus de la musique d’ambiance qui accompagne le défilé des écrivains collection automne-hiver 2017-2018 de chez Auteurs en Or.

— Et voici la Marquise de Carabas !

L’hôtesse se penche avec un grand sourire pour présenter la Marquise à l’assistance, puis se relève et s’en revient avec grâce vers les coulisses.

  • Vous avez débarqué de nulle part fin 2016, début 2017, si bien que cette année qui vient de s’écouler a été riche en émotion pour vous, qu’avez-vous retenu de cette année littéraire ?

Que j’aurai mieux du garer mon T.A.R.D.I.S car je le retrouve plus, ce qui est un vrai problème. Ce que je retiendrais de cette année, c’est que c’est vraiment chouette de rencontrer des nouveaux auteurs. J’ai toujours aimé faire des rencontres d’écriture, et je suis heureuse d’avoir considérablement enrichie mes connaissances avec des gens drôles, loufoques, et pour la plupart vraiment doués. L’auto-édition et l’édition à petite échelle a vraiment de belles heures devant elle !

  • La littérature érotique, sous forme de poésie ou d’histoire, est votre genre de prédilection, pourquoi ? Lisez-vous beaucoup d’ouvrages érotiques ? Avez-vous des titres ou des auteurs à recommander ?

La sensualité est un moment de lâcher prise pour moi. Or, pour écrire, pour réussir à laisser les mots sortir, je dois moi-même être dans cet état de lâcher prise, je n’irai pas jusqu’à dire dans un semi-état de transe, mais pas si loin. Finalement, même quand je ne touche pas à un thème érotique, de la sensualité apparaît dans mon style d’écriture. Cela représente, je pense, l’état précis dans lequel je me met pour écrire. De plus, je suis sincèrement convaincue que notre civilisation a besoin de plus de douceur, de tendresse, de chaleur, et de situations épanouissantes. Traiter ces thèmes avec sincérité et authenticité est ma façon de rapprocher mes convictions de mon travail d’auteure.

Je ne lis que très rarement les ouvrages érotiques. Souvent, lorsque les relations ne sont pas pleinement consenties, je suis mal à l’aise et je ferme l’ouvrage. Je serai bien en peine de vous conseiller quoi que ce soit sur ce sujet si ce n’est de lire de la poésie et de faire l’amour plus souvent, et le plus lentement possible…

  • Même si vous excellez dans l’art de l’érotisme poétique, vous écrivez tout de même des romances, de la fantasy ou encore du fantastique. Cette richesse des genres vous vient d’où ? Lisez-vous autant de genres que vous en écrivez ? Ou est-ce juste de la curiosité ? Pour voir jusqu’où peut aller votre plume ?

Je dis toujours qu’il ne faut pas rester dans son confort. C’est valable pour mon style mais aussi pour les thèmes que j’aborde. J’aime me bousculer, me pousser vers d’autre situation. Me mettre au dessus du vide et voir si je sais quand même voler… Bon parfois, je tombe et je me fais mal, mais comme tout cela est métaphorique, je me relève et je recommence… Ahah. Je lis très peu et très lentement depuis de nombreuses années. Surtout de la poésie ou des textes que j’aime tellement que je refuse de les finir trop vite, mettant des années pour parcourir quelques pages. Mais, ces derniers temps, pour découvrir les copains et les copines auteur(e)s, j’ai parcouru beaucoup de leurs mots, et parfois de leurs maux, pour sortir de chouettes histoires. Pour le coup, ils m’ont emmenée dans des endroits qui sont très très éloignés de ma zone de confort !!

  • Après Essences et À propos des chemins, deux ouvrages poétiques bien que tout de même réalistes, vous sortez Abeline. On vous connaissait dans des genres plus terre à terre que la fantasy, appréhendiez-vous l’accueil auprès du public ? Qu’avez-vous ressenti lors des premiers retours ?

La pauvre Abeline a eu une naissance difficile. Elle était prévue pour un appel à texte organisé par des personnes très pointues dans la Fantasy, et ils ont parfaitement détestés. Ce qui est logique quand on y pense. Je ne respecte pas les codes du genre ou je les ai inclus pour les détourner ou les exagérer. Très difficile de me prendre au sérieux avec un tel texte. Pourtant, une fois sortie, Abeline a trouvé des lecteurs plutôt convaincus, et quelques fans qui me réclament la suite… Comme quoi, on ne sait jamais comment les lecteurs vont vivre un texte en définitive !

  • Après trois textes publiés en maison d’édition traditionnelle, vous décidez d’opter pour l’auto-édition mais d’une façon encore différente. Pouvez-vous nous expliquer ? Où allons-nous trouver vos textes ? Quels sont vos projets à venir ?

Je suis très reconnaissante de ce que l’édition traditionnelle m’a apportée. J’ai pu ainsi tester ce format de diffusion, comprendre les mécanismes de communication avec les lecteurs, et faire des rencontres très sympathiques, telles que mes directrices d’éditions. Mais ayant un fort penchant pour l’entreprenariat, j’ai très vite ressenti le besoin de gérer ma propre façon de m’occuper de ma communauté de lecteur, de mon rythme d’écriture, et de me rapprocher de mon éthique personnelle en terme de diffusion. J’ai effectivement décidé de sortir une nouvelle numérique par mois pour mes lecteurs, dans les trois formats connus ( epub, pdf et mobi pour les kindles ). Je souhaite aussi sortir une anthologie papier tous les six mois pour les amoureux des beaux livres. J’en profite pour collaborer avec des artistes que j’affectionne, comme Monsieur Q sur la nouvelle Lola, Lion & Bess, ou des photographes de talents pour avoir des couvertures originales. Et pour finir, je boude amazon et les plateformes de diffusions classiques du web puisqu’on ne peut s’acheter les nouveautés de la Marquise que dans la section Emplettes de son site internet. Ainsi, je suis au plus proche de mes lecteurs, je peux réagir à leurs demandes, et surtout leur offrir un prix tout doux, toute l’année.

  • Lola, Lion & Bess est une novella coquine, plutôt osée et traitant du polyamour. Parlez-nous un peu de la genèse de cette histoire. Le polyamour est-il un concept qui vous interpelle ?

Ah, là, on tombe dans un de mes « secrets » d’écriture. Je suis une sorte de grande place vacante. Des personnages se présentent, m’intiment d’écrire leur histoire, et je fais mon boulot. Ces trois-là m’en ont raconté des choses durant ces nuits de novembre où j’ai écris leur histoire… et je sens que la suite sera toute aussi intense ! Tant qu’à savoir ce que je pense du polyamour, ma réponse est la même pour tout ce qui est de l’ordre de l’amour : Tant que tout le monde est d’accord et heureux, alors allons-y !

  • Vidéo, votre nouvelle parution, est sortie il y a quelques semaines, parlez-nous un peu de cette histoire. Pourquoi ce choix de l’audio, en complément du numérique ? Ou du numérique, en complément de l’audio ?

Vidéo c’est une histoire un peu folle. Elle dormait au fond d’un tiroir et je l’ai tirée de là pour voir si j’étais capable d’aller au bout d’une aventure fantastique contemporaine sur … le thème des Jedi. Faut avouer, un petit peu périlleux comme acrobatie. Mais, finalement, j’ai rencontré chez mes bêta-lecteurs un retour très positif, même Monsieur le Marquis a aimé, c’est pour dire ! Pour l’audio, j’adore lire mes propres textes et ceux des amis, je mets souvent des extraits sur mon site, et cette fois j’avais envie d’entendre une autre voix sur mon récit. C’était l’occasion de passer la main à Marie Tinet et à l’équipe d’Ondes Littéraires. J’espère que cette double expérience plaira à mes lecteurs/auditeurs !

  • Pour terminer l’interview, aurions-nous droit à un petit haïku ?

La Fleur Oblongue
Du Blanc Nénuphar d’Asie
Force la Splendeur


À noter que Essences et À propos des chemins ne sont plus édités chez Evidence Editions. La Marquise va donc les sortir de nouveau, avec de nouvelles couvertures. Vous pouvez déjà découvrir, ou re-découvrir Essences. Un superbe recueil de textes érotiques.

Résumé : Parce que l’intime est ce qui nous lie, nous relie, à nous-même, à l’autre, à ce qui est vibrant, désirable, brûlant et lumineux en nous.
Voici quelques essences, d’êtres, de corps, de cœur. Entre deux murmures, le temps d’un baiser.

Disponible en numérique (PDF, Mobi, Epub) sur le site de la Marquise. À ce lien.

 

 


Si j’étais un poète ?
Aucun. Je pense qu’on ne peut pas voler le cœur d’un poète et faire semblant d’être lui à sa place. On peut juste trouver de la poésie en nous pour apprendre à respirer.

Si j’étais un personnage de Cartoon ?
Dot Warner, des Animaniacs !

Si j’étais un épisode de Star Wars ?
Sûrement un épisode de Star Wars Rebels, à bord du Ghost, je suis fan d’Hera Syndulla.

Si j’étais un jeu vidéo ?
Shenmue… tellement Shenmue. Ou bien le défunt Age of wulin ( vous découvrirez bientôt pourquoi normalement… eheh ).

Si j’étais un moment de la journée ?
Le début d’après-midi, quand on se laisse aller à une semi-torpeur et que tout est paisible.

Si j’étais mon roman préféré ?
Je crois que j’irai tenir compagnie au Narrateur de Gatsby le Magnifique. Je pourrais l’écouter pendant des heures. ( C’est pour cette raison que je ne finis pas le livre d’ailleurs… )

Si j’étais un mot ?
Plaisir

Si j’étais une odeur ?
Le jasmin étoilé

Si j’étais un animal ?
Un chat… je vais avoir du mal à dire autre chose là…

Si j’étais un personnage de ma série préférée ?
… Le Doctor ! What else !?


Après cette interview, vous êtes très certainement intrigué par les textes de la Marquise. Eh bien, vous avez la chance d’en remporter un ! La Marquise Carabas vous offre la chance de remporter la version audio de Vidéo ou sa version numérique. Nous aurons donc deux gagnants 😉

Pour participer, il suffit de commenter cet article ! N’hésitez pas à partager l’interview.

Ouvert à l’international.
Jusqu’au 27 janvier, minuit.

Résumé : Une vidéo qui se lance quelque part dans les méandres d’internet. Sur la toile, quelques accords qui jouent une mélodie incongrue. Qui est donc ce jeune homme blond et souriant, un peu gêné, si familier ? Il pourrait être votre frère, votre oncle, votre ami, votre collègue. Il pourrait même être vous.
Que seriez-vous prêt à faire pour lui venir en aide ? Que feriez-vous à sa place ?
La Marquise de Carabas nous entraîne dans son tout premier récit fantastique. Une histoire à la narration étonnante qui nous plonge dans une étrange quête de soi. Il semblerait qu’elle n’ait pas fini de nous surprendre…

Publicités

15 réflexions sur “Interview d’écrivaine : la Marquise de Carabas + des cadeaux à gagner

  1. auroreuniverse dit :

    Bonjour, j’ai déjà eu la chance de gagner le livre numérique de Vidéo (que j’ai fini hier et donc la chronique ne va pas tarder), mais je voulais y aller de mon commentaire.
    J’adore le style de la marquise que j’ai eu découvert avec « A propos des chemins ». J’adore son style et ses histoires si humaines.
    La marquise est également super présente pour ses lecteurs et auteurs débutants. Elle a pris à plusieurs reprises le temps pour discuter avec moi lors de mes interrogations maison d’éditions – autoédition.
    Merci pur cette interview qui m’a permis de te connaître mieux.
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  2. marienel2016 dit :

    J’aime beaucoup cette interview qui me permet de connaître encore mieux La Marquise dont j’ai déjà eu le plaisir de lire certains ouvrages. Je suis d’accord avec elle sur beaucoup de sujets, et j’apprécie qu’elle boude Amazon, un peu trop empirique pour moi 😉
    Avec cette interview j’ai toutes les clés pour mieux la suivre 🙂 Merci Amelia

    J'aime

  3. Giovanni Uccelli dit :

    J’adore la Marquise et surtout j’adore son style si personnel, ses mots caressent l’âme et titillent nos sens. Merci pour ce moment. (tien cette phrase me dit quelque chose …)

    J'aime

  4. chanibrooks dit :

    mais je participe!!! merci!! et j’ai cru entendre parler de Jedi? me voici très curieuse
    mais bon j’ai des copines geek qui auraient fait une syncope. C’est blasphème une histoire d’amour avec un jedi, haha!
    Je suis aussi très curieuse de découvrir le travail d’ondes littéraires. J’aimerais mettre mes romances geek en audio un jour ^-^
    En tout cas, merci marquise de t’être mise à nue ainsi! (et je suis d’accord, l’amour, c’est toujours beau tant que ça rend tout le monde heureux)
    Super blog que je découvre!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s