The Last Girl

Depuis le temps que je voulais le voir, j’ai enfin sauté le pas il y a quelques semaines. Même si ce n’est que maintenant que je vous en parle, c’est parti pour The Last Girl, un film post-apocalyptique zombiesque.

Synopsis : Au fin fond de la campagne anglaise, une base militaire héberge et retient prisonniers un groupe d’enfants peu ordinaires qui, malgré le fait d’avoir été infectés par un agent pathogène « zombie » qui a décimé la planète, demeurent capables de penser et de ressentir des émotions. Lorsque la base est attaquée, Melanie, qui semble être la plus surdouée d’entre eux, réussit à s’échapper en compagnie de son professeur, de deux soldats et d’une biologiste qui ne voit en elle qu’un cobaye indispensable à la découverte d’un vaccin. Dans une Angleterre dévastée, Melanie doit découvrir qui elle est vraiment et décider ainsi de son propre sort comme celui de l’humanité tout entière.

On me dit zombie, on me dit Anglais, j’achète !

L’intrigue…
Nous suivons une petite fille bien particulière. En effet, malgré son apparence normale, il semblerait qu’elle se nourrisse de viande, animale… ou humaine. Cannibalisme ? Non, plus zombisme, et surtout étude de laboratoire pour trouver un vaccin quant à cette épidémie qui a mis le pays, le monde à sang et surtout à mort.

J’ai adoré l’intrigue que j’ai trouvé très travaillée. On est loin du film de zombies pour du zombies, je pense notamment à La Horde, qui est un film à mettre à la poubelle (oui, rien que ça). Ici, tout est pensé. Tout est relié. L’épidémie, ces étranges fruits, ces enfants encore vivants mais si différents… Tout paraît mystérieux, étrange et puis on comprend.

Un renouveau…
Ce film est un renouveau dans le genre du post-apocalyptique. Comme dirait mon petit-frère, fan des films de zombies pour l’aspect gore, on s’ennuie. En fait, ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est plutôt qu’on prend le temps. Comme je vous l’ai dit plus haut, l’intrigue est travaillée et tout a un sens. Pourquoi se presser ? Le but n’est pas de montrer un corps éventré et des enfants dévorant un corps toujours envie, du sang dégoulinant de leur menton. The Last Girl, c’est plus que ça. C’est plus profond. Peut-être même plus dérangeant. Parce que ce sont des enfants, ce sont sur des enfants que des expériences se font. Ce sont des enfants qui tuent. Ce sont des enfants qui prennent le pouvoir ! Alors, oui, c’est plus lent. Et aussi, plus doux. Attention, nous sommes tout de même dans un film de zombies post-apocalyptique, donc forcément, il existe une tension constante mais cela reste assez poétique d’une certaine manière. C’est comme ça que j’ai pris le film. D’autres le prendront d’une autre manière.

Au final, je ne vais pas m’éterniser dessus, j’étais impatiente de le voir et dès que je l’ai vu, j’ai été subjuguée. Aucunement déçue, juste en adoration. Je vous le conseille vivement !

Publicités

Une réflexion sur “The Last Girl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s