En attendant d’être grande – partie 2 : éducation libre

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


En attendant d’être grande – partie 1 : vêtue de regards

Résumé : Chloé hésite entre rester petite et grandir. Où finit l’innocence et où commence la maturité ? Tous ces jeux ne sont-ils que des gamineries sans conséquences, ou bien vont-ils déterminer bien plus que ce qu’elle croit ?
De toute façon, certains évènements la forcent à grandir trop tôt et à s’adapter à un monde où tout va trop vite, là où elle rêverait de prendre son temps. Réfléchir, voir venir, expérimenter… oui, seulement, ce n’est pas toujours possible. Ou tout du moins pas toujours comme elle le voudrait. Après tout, c’est également cela qui rend son existence si surprenante.
La bande de copine et les soirées pyjamas, Julius le petit voisin toujours autant passionné par elle, Clarisse la meilleure amie, Estelle et ses étranges confidences… Mais aussi et surtout, deux nouveaux personnages qui vont apparaître dans son quotidien sans en demander l’autorisation, et vont chambouler bien des choses.
Les souvenirs d’une femme libérée, dont le récit jongle entre trois époques : vie adulte, adolescence, mais aussi et surtout : enfance. Trois périodes troublantes et troublées, qui se croisent sans s’entremêler.

Mon avis : C’est assez difficile de vous faire un avis pour cette deuxième partie. Parce qu’elle n’est pas vraiment différente de la première. On est dans la continuité le plus absolue, sans trop de contraste avec la partie précédente. On retrouve la plume tendre et le ton humoristique de Théo Kosma qui nous transporte encore une fois dans les pensées de Chloé, jeune fille qui grandit en prenant conscience de son corps et surtout des autres.

Je pense que la différence notable avec la partie précédente est bien la relation aux autres. Chloé apprend de nouvelles sensations aux côtés de ses amies. Elle joue, s’amuse mais s’interroge toujours. Je trouve le titre lourd de sens car en effet, elle s’éduque, à sa façon. Avec sensualité et douceur, on découvre une jeune fille qui avance dans la vie. Sa première approche de la religion, de l’amour, mais aussi du divorce, de tous ces tracas que vivent des milliers d’enfants au quotidien. Tout ça traité avec la naïveté d’une enfant presque adolescente.

Encore une fois, nous sommes loin de la perversion, bien au contraire. Evidemment, le thème du regard de l’adulte sur l’enfant est abordé. Mais avec tact et soin, sans dégoût. Chloé expérimente et cela ira sans doute par la suite, bien plus loin qu’un simple jeu. Peut-être ira-t-elle trop loin dans son « éducation », d’ailleurs. Pour le savoir, il faut lire la suite.

On est immergé dans l’esprit d’une jeune fille qui prend conscience de sa féminité, entre finesse et dérision. Un regard naïf posé sur la sensualité. J’ai apprécié cette deuxième partie que vous pouvez vous procurer par ici.

Publicités

3 réflexions sur “En attendant d’être grande – partie 2 : éducation libre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s