Trisagion

J’ai donc lu le premier tome de la nouvelle série de manga (en trois tomes) des éditions Doki-Doki : Trisagion. Je n’ai pas été transportée, même si l’univers est prometteur !

Résumé : Combats épiques, inventions et magie, personnages mythiques ou réels de l’Angleterre victorienne : bienvenue dans la dark fantasy d’un nouveau genre ! Depuis la nuit des temps, les hommes affrontent les Nihiles, les anges déchus qui infiltrent notre monde. Orphelin depuis l’attaque de ces créatures malfaisantes, Levy devient le disciple du grand mage et inventeur Thomas Edison. Cinq années plus tard, Levy se rend à Londres pour intégrer Trisagion, l’agence d’exorcisme luttant contre les anges déchus. Parviendra-t-il à résister au déchaînement des forces occultes qui menacent le monde ?

L’intrigue…
On suit un jeune homme qui semble avoir des capacités particulières. Il chasse les anges déchus. Voilà, ça c’est l’intrigue. Bon, j’ai été assez déçue de ce premier tome que j’ai trouvé à la fois simple et compliqué. L’intrigue est basique, pas d’originalité ou nouveauté. Le protagoniste fait partie d’un réseau qui chasse des créatures qui font du mal aux humains. Intéressant mais déjà vu. Alors, même si l’univers est plutôt agréable, dans le sens où nous sommes dans de la fantasy, j’ai du mal avec la façon dont l’histoire est posée…

… Comme un cheveu sur la soupe…
Première page du manga, je ne comprends pas. Deuxième page, je commence à comprendre. Puis dixième pages, flou absolu. Alors qu’on est tranquillement installé dans un bateau, alors que jusque là nous sommes des humains sans problèmes ou particularités, paf, l’autre à une marque sur l’épaule, c’est une sorcière et y a un ange déchu qui apparaît. Ni une ni deux, l’autre se transforme en vengeur bad ass qui va sauver la demoiselle en détresse. Et bien sûr, toujours pour nous perdre un peu plus, toutes les explications liées à l’univers et à ces créatures néfastes pour l’humanité, se font en plein combat, quand je n’ai qu’une envie : détailler les dessins. Ces informations données toutes d’un coup ont entrainé une indigestion et j’ai lu le manga en plusieurs fois. D’ordinaire, c’est une lecture d’une traite mais là, j’avoue que ce n’était pas possible. On retrouve néanmoins les codes propre au shônen comme les punchlines, les codes d’honneur, et l’humour qui est également bien présents dans le manga et le sauve presque.

Au final, bien que prometteur, je ne poursuivrai pas ce manga que je n’ai pas particulièrement apprécié. L’univers est cependant très intéressant et plaira aux fans de dark fantasy. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s