Carnages (novella)

J’ai donc lu Carnages de Maxime Chattam, une novella disponible en numérique et seulement en papier chez Pocket. Lu d’une traite, j’ai été happée par cette enquête ahurissante !

Résumé : Harlem Est. 18 novembre. 8 h 28.
Ils sont tous là, dans le hall de l’entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer…
Quand l’inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c’est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L’affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d’autres établissements.
Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.

Première rencontre avec l’univers de Maxime Chattam, une sacrée plongée dans un thriller addictif ! J’ai adoré !

L’intrigue…
On suit un inspecteur de police qui écope d’une bien étrange affaire. Des tueries se multiplient dans les lycées. Des lycéens tirent sur leurs camarades et partent ensuite se suicider à l’écart. Lamar ne croit pas à une coïncidence. Tout ceci est relié, c’est sûr. Reste à savoir qui tire les ficelles.

Afin de découvrir l’univers de Maxime Chattam, maître dans l’art du policier-thriller, j’ai décidé de me lancer dans cette novella et j’ai infiniment bien fait. L’intrigue est parfaitement construite. On est maintenu en haleine du début à la fin, sans un seule essoufflement de l’intrigue. Une très belle découverte. Un autre Chattam m’attend donc patiemment dans ma PAL.

L’enquête…
Comme vous l’avez remarqué, j’essaie de « rattraper mon retard » en matière de roman policier, thriller. Il faut dire que jusque récemment, c’étaient des genres avec lesquels j’avais beaucoup de mal, en littérature. Et puis, à force de tenter, je me suis découverte une véritable passion pour ces genres. J’ai donc décidé de me lancer dans les grands auteurs, maîtres de cette littérature. J’ai commencé avec Thilliez, et me voilà maintenant avec Chattam.

J’ai été épatée par la tournure que prenait l’enquête. Alors que l’inspecteur pataugeait dans un manque total d’informations, il se rappelle d’un élément troublant. Rien que ce petit détail l’amènera à la résolution de son enquête. Quand bien même, pendant me lecture, je me posais bon nombre de questions, soulevant les incohérences potentielles, il y répondait en discutant avec sa collègue. Je suis charmée à la fois par sa plume d’une fluidité et d’une addictivité exemplaire mais aussi par sa gymnastique d’esprit pour avoir réussi à mettre au point une telle histoire prenante et qui sonne parfaitement juste. Rien à redire sur Chattam si ce n’est une sacrée découverte !

Au final, Carnages est une novella haletante qui nous garde en tension tout le long du récit sans nous laissez un seul instant de répit. J’ai adoré et je vous la conseille mille fois ! Pour vous la procurer, c’est par ici.

Publicités

7 réflexions sur “Carnages (novella)

  1. Hosenford dit :

    Il faut reconnaître que Maxime Chattam, même si je ne l’ai encore jamais lu, ne remplit sûrement pas les étagères des centres commerciaux pour rien.
    Au passage, j’ai remarqué une erreur dans ta phrase : « Des lycéens tirent sur leurs camarades et partent ensuite se suicides à l’écart » ; je pense qu’il serait confortable d’écrire « se suicider », à moins que je fasse erreur.
    Je comptais me procurer Chattam plus tard, à vrai dire, ses couvertures sont d’une étonnante attirance ; la première chose qui me plaît devant le synopsis. Je sais, ce n’est pas correct, mais hélas c’est mon cas.
    Cette intrigue que tu décris me semble très rapprochée à une vidéo parfaitement réalisée. En effet, j’avais vu récemment une vidéo concernant le suicide des adolescents. Pour résumer, de jeunes amoureux se parlaient sans se connaître, par le moyen que nous avons sûrement tous déjà utilisé : l’écriture sur la table. Ainsi se déroule de minutes en minutes la vidéo, jusqu’à la fin où, par hasard, les adolescents se rencontrent. Amour et sourire se mélangent, mais ne font pas bon ménage avec un adolescent qui, derrière sa capuche, tient une arme et tue l’ensemble des lycéens réunis dans une salle commune. Ensuite, la vidéo recommence, mais cette fois-ci se concentrant et mettant à la lumière que dans ces scènes d’un mystérieux amour, à chaque fois derrière, traînait un adolescent triste et seul, écoutant de la musique ; broyant du noir. Et que l’on était plus attentif à une intrigue amoureuse qu’à un adolescent en train de sombrer. Ayant vécu une période noire, très sombre dont je m’inspire pour mes écritures, cette vidéo m’a touchée ; en réalité, tout bonnement car ça me ressemblait beaucoup. Je n’ai pas non plus attenté à la vie des autres, mais pour être honnête et me délivrer un peu, ce fut la mienne qui fut touchée. Alors « Carnages » semble être une histoire bien plus qu’intéressante pour mon être et mon cœur. Je te remercie pour cette présentation remarquable, cela me donne bien envie de le posséder ; même si cela me remémora une partie de ma vie qui n’est pas la plus tendre.

    J'aime

    • Les histoires d'Amelia dit :

      Merci pour ta remarque, j’ai corrigé.
      Alors, ici, Carnages met en relief le côté sombre du genre humain. Comme souvent dans les bouquins de Chattam. Mais la chute n’est pas forcément celle à laquelle tu t’attends. Tout ça pour dire que le résumé (et moi-même) en dit très peu au final.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s