Zombies, la descente aux enfers

J’ai donc lu tranquillement Zombies, la descente aux enfers de Kim Jung Hyuk, publié chez Decrescenzo éditeurs. J’ai adoré le ton de l’auteur, cette touche de dérision si agréable…

Résumé : La vie de Ji-hoon est brusquement bouleversée lorsqu’il découvre un coin de Corée du Sud où toutes les communications sont brouillées ; la ville de Gorio, peuplée d’habitants lugubres, est isolée du reste du pays et les forces de l’ordre empêchent toute intrusion.
Face au danger qui rôde, qui faut-il croire ? Ji-hoon et son obèse acolyte tentent de sauver de l’enfer d’étranges créatures tandis que l’armée et la police s’apprêtent à brûler la ville. Dans leur voiture-appartement où trônent une chaîne-Hi-Fi et une collection de disques vinyles, les deux compères mènent l’enquête et vont, de découverte en découverte, rencontrer une mystérieuse traductrice, un chanteur de rock décédé et un étrange trafic de cadavres.

Une nouvelle version originale dans l’univers zombiesque…

L’intrigue…
On suit un homme dont le travail est de détecter les signaux d’antennes-relais. L’avantage du métier ? Si, si, je vous assure qu’il y en a un. C’est de voyager. Et son voyage va l’emmener à Gorio, une drôle de ville où les habitants jouent à un drôle de jeu. Le pauvre homme ira de surprises en surprises (et nous aussi d’ailleurs) accompagné de son acolyte Bouboule 130 (oui, je suis d’accord, c’est un drôle de nom).

L’intrigue est claire, posée doucement. On rentre dans l’histoire tranquillement, sans agression. Et pourtant, je me suis directement régalée et immergée dans l’intrigue. Il faut dire que la plume de l’auteur y est pour beaucoup. Zombies, la descente aux enfers est une sacrée bonne découverte !

Le ton…
La dérision est très présente dans le roman et j’ai adoré. Les dialogues sont à la fois vifs et vides et c’est bien la plume de l’auteur qui leur donne cet aspect. Le style est incisif mais fin. Une succession de contradiction qui en dit long sur le roman lui-même. Comme pour nous montrer que tout est possible, même l’impossible. L’humour est très présent d’ailleurs. L’auteur joue avec la mort et les personnages aussi. On a vraiment une véritable liberté de ton dans cet ouvrage qui fait vraiment du bien. Un régal !

Un nouveau souffle chez les Zombies…
Moi qui croyait que les humains n’avaient plus d’idée… Ha ha ! J’avais tout faux ! Kim Jung Hyuk nous fait comprendre que le genre zombiesque n’est pas épuisé et que tout est encore réalisable. Il nous propose un autre genre d’histoire que je n’avais jamais lu où humour loufoque et morbide sont de la partie. Quand mon petit frère a lu le résumé il m’a dit « ça doit être la folie là-dedans ». Il a entièrement raison et je pense que c’est exactement comme ça que je devrais parler du roman. Parce que oui, c’est la folie là-dedans ! Un univers un peu déjanté aux personnages atypiques et étranges. J’ai adoré cette lecture et je ne peux que vous la recommander.

Au final, ce roman a été une très bonne découverte alliant le plaisir de l’univers Zombiesque au bonheur procurée par une superbe liberté de ton. Un roman à lire ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s