Spisak – tome 1 : Un cadeau ne se refuse pas

J’ai donc, ENFIN, terminé de lire Spisak, tome 1 : Un cadeau ne se refuse pas de Maryse Charbonneau. Un roman long et lent, bien que très bien écrit.

Résumé : Ils vivent parmi nous depuis toujours. Dans leurs veines, coule l’ambroisie mystique qui les protège des maladies et les empêche de vieillir. Société secrète, les Immortels se partagent l’Europe en zones. À l’hiver 1566, Graigor Spisak, un père de famille fuyant la guerre en Hongrie perd le contrôle de sa vie lorsqu’il accepte le poste de précepteur privé pour le fils d’un riche Seigneur. Combattant le deuil de son ancienne vie, Graigor, vivant désormais dans la clandestinité avec ses nouveaux maîtres, s’adapte à sa condition d’Immortel, succombe à ses passions et choisit de ne plus jamais abandonner ceux qu’il aime. Mais vivre éternellement n’est pas qu’un joli rêve.

La forme…
Bon, je commence par ce que je n’ai pas aimé. Il faut savoir que je l’ai lu en numérique, sur ma liseuse donc. J’aime beaucoup lire sur cet outil, mais à petite dose j’avoue. Quand un roman me plaît, qu’il soit sur liseuse ou en papier, je le dévore pareil, c’est certain. Mais quand il ne me plaît pas, c’est plus difficile en numérique. Surtout quand celui-ci fait plus de 600 pages. Je n’ai pas d’amour pour les pavés. Je n’aime pas vraiment, pour ne pas dire pas du tout. Vous me suivez, vous savez que je lis beaucoup de nouvelles, de recueils, etc… ça ne m’empêche pas de lire des romans (Ouh, loin de là, loin de là). Mais peut-être que l’auteur aurait du le couper en deux. Un roman de 300 pages aurait été beaucoup plus agréable, à mon avis. Et enfin, lire les dialogues étaient un vrai calvaire. Pas du fait de la plume de l’auteur, qui est un régal, mais à cause des guillemets. Le dialogue est tout simplement fondu dans le texte, pas de tiret, juste des guillemets qui permettent de distinguer la narration des dialogues. Une lecture encore plus lourde… J’ai d’ailleurs relevé quelques coquilles aussi. Hum.

Le fond…
Je n’ai pas vraiment accroché, en grande partie à cause de la forme dont je parle juste au-dessus mais aussi du fait de la vitesse réglée sur avance lente. À mon avis, je ne suis pas le bon public. Quand je lis un roman, j’aime être entraînée, transportée, captivée et surtout, je ne veux, en aucun cas, m’ennuyer. Ici, c’est ce qui s’est passé. Un peu d’ennui se mêlant tout de même au plaisir des mots, car Maryse Charbonneau a une plume exquise. On voyage dans l’Histoire aux côtés d’êtres fantastiques. L’histoire est intéressante mais il n’y pas d’action, tout n’est que découverte et simplicité. Les personnages sont attachants et appréhendent un monde en constante évolution. Des instants de vie d’êtres immortels capturés à jamais. C’est donc une jolie histoire, mais pas assez prenante à mon goût. J’ai donc été vite lassée. Les retours sur cet ouvrage sont cependant très positifs, alors ne vous arrêtez pas à mon avis. Si vous êtes intrigués, n’hésitez pas à vous laissez tenter.

Au final, un récit de vie. L’histoire d’immortels, qui se baladent à travers l’Histoire. 600 pages et une intrigue lente ont fait que je n’ai pas accroché… Je suis tout de même reconnaissante envers l’auteur qui m’a fait découvrir son univers et sa superbe plume ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par l’auteur

Publicités

6 réflexions sur “Spisak – tome 1 : Un cadeau ne se refuse pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s