Les tuniques bleues, les quatre évangélistes

J’ai donc lu le tome 50 et des brouettes de Les Tuniques Bleues. Je vous en parle parce que j’apprécie beaucoup cette BD et après tout, peut-être que certains ne la connaissent pas encore !

Résumé : Dans leur combat contre les Confédérés, les soldats de l’Union sont tombés sur un os. À flanc de colline, le commandant William N. Pendleton, un ancien pasteur, dirige sur eux quatre canons, nommés selon les Évangiles et qui ne laissent aucune chance au régiment adverse. Le capitaine Stark doit se rendre à l’évidence : s’il ne veut pas perdre tous ses hommes, il devra opter pour une solution moins classique. Le caporal Chesterfield et le lieutenant Blutch sont alors désignés pour une mission des plus périlleuses : transformés en religieux et en idiot du village, ils devront intégrer l’équipe de Pendleton et saboter son artillerie.

Une série mythique…
Les Tuniques Bleues est une série que l’on a, à mon avis, plus besoin de présenter. Entre humour et burlesque, nous partons en plein cœur de la guerre de Sécession pour retrouver nos deux héros (anti-héros ?) bien poilants ensemble. Ce qui me plaît dans cette série est que malgré le 50ème tomes et des brouettes, on est toujours surpris. Tout est toujours « nouveau » et on n’est jamais déçu. Derrière ce côté léger, les créateurs de cette BD dénonce les travers de la guerre et la folie qu’elle entraîne. Avec finesse ! Décidément, on ne s’en lasse pas !

L’histoire…
Pour ce 59ème tome (oui, en fait, c’est le 59), on suit nos deux camarades dans une entreprise bien périlleuse : infiltrer l’armée adverse en se faisant passer pour un religieux accompagné de l’idiot du village. En voilà une drôle d’idée. N’est-ce pas ? Il n’empêche que… et bien… ça marche ! On se plaint toujours de ces deux énergumènes mais quand l’avenir de la compagnie est en danger, c’est toujours à eux que l’on fait appel. Leurs caractère sont différents également. On a Blutch, un peu niais et simplet mais qui voue un véritable amour pour son cheval. Et Chesterfield, celui qui a la tête sur les épaules. Le prêtre et l’idiot du village !

La boucle est bouclée…
Là, c’est juste un petit aparté pour vous parler de la forme de la BD, une forme que l’on retrouve dans beaucoup de BD du même type : le système de la boucle bouclée. On a une scène au début, que l’on trouve ridicule et burlesque que l’on retrouve à la fin avec les « méchants » de l’histoire. Ici, on a cette technique, et c’est toujours aussi agréable à découvrir !

Au final, un avis assez concis car à part louer les qualités de cette BD, je ne saurais que dire d’autre. Si vous ne connaissez pas cette série, n’hésitez pas à la commencer. Les BDs se lisent dans le désordre si vous le voulez et sont disponibles dans toutes les bibliothèques, j’en suis quasi-sûre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s