Alice, de l’autre côté du miroir

J’ai donc regardé le deuxième opus d’Alice, aux pays des merveilles. Il n’a pas vraiment marché au niveau des critiques mais aussi du public. Pourquoi ? Une excellente question. Sachez déjà que ce n’est pas Tim Burton qui réalise ce deuxième film.

Synopsis : Les nouvelles aventures d’Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps.

Je suis très heureuse d’avoir regardé ce film. Cela fait pas mal de temps qu’il est sorti mais c’est seulement maintenant que j’ai l’occasion de le voir. J’ai été plutôt satisfaite. Néanmoins, il n’a pas autant marché que le premier. Pourquoi ?

Trop rapide…
La vitesse d’un film est très importante. Il faut savoir bien doser le tout, car c’est vraiment le point essentiel. La durée du film nous entraîne dans l’histoire et on suit le rythme imposé par le réalisateur et toute son équipe. Ici, le film ne dure qu’une heure quarante-cinq. J’avoue que je n’ai pas compris pourquoi une durée si courte. Du coup, tout va très vite. On n’a pas le temps de se poser et d’apprécier la nouvelle intrigue et l’univers. Pourtant celle-ci est très intéressante, mais pas assez développé à mon avis. C’est comme s’ils avaient bâclé la réalisation du film pour rester dans leur délai de sortie.

Un univers pas assez développé…
Ce problème se rapporte de près au souci de vitesse. À cause de la vitesse excessive, l’intrigue n’est pas assez exprimée. Les décors semblent magnifiques. Semblent juste car, au final, on n’a pas vraiment le temps de s’appesantir dessus. Ce qui est bien dommage.

Une bonne aventure…
Malgré ces deux points, j’ai adoré l’intrigue du film. On est encore pris dans l’aventure de la superbe Alice. Juste le miroir que je n’ai pas très bien saisi. Pourquoi, d’un coup, elle peut passer à travers les miroirs ? Etrange, étrange ! On retrouve donc notre chère Alice dans une épopée à travers le temps. Prête à tout pour sauver son ami le Chapelier fou, elle va braver tous les interdits, pour le regretter ensuite. Parce que le temps n’est pas quelque chose que l’on prend à la légère. Ce film nous offre une très belle morale. Que le temps n’est pas notre ennemi mais bien celui qui nous permet de vivre des moments heureux ou tristes, des moments avec ses proches, sa famille, ses amis… Le temps est bienveillant, malgré tout ce qu’on en dit.

Au final, j’ai tout de même beaucoup apprécié cette nouvelle aventure d’Alice (peut-être la dernière ?), mais ils auraient dû développer davantage l’intrigue, quitte à rallonger la durée du film.

Publicités

6 réflexions sur “Alice, de l’autre côté du miroir

  1. satinesbooks dit :

    Je l’ai plus apprécié que le premier en tout cas. Mais j’avoue que ce n’est pas les films les plus aboutis de Tim Burton, c’est bien dommage d’ailleurs parce qu’on est réellement dans un univers qui peut lui coller parfaitement! Mais, il nous reste un gout de trop peu en bouche …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s