Violette Sagols – ILLUSTRATRICE

Après avoir consacré 20 ans à l’enseignement du dessin et au design de personnage, Violette Sagols a décidé de privilégier sa passion et de concrétiser son rêve : illustrer des livres. Motivée par ses expériences d’illustration dans la presse jeunesse et dans la publicité, elle a  commencé par illustrer un texte du domaine public, et pas à pas, le tout a pris la forme merveilleuse d’un livre de conte… depuis, diverses maisons d’édition ont décidé de lui faire confiance et font appel à elle pour son plus grand bonheur.

1) Vous êtes illustratrice professionnelle, comment en êtes vous arrivée là ? Parlez nous un peu de votre parcours.

Ça fait très longtemps que je dessine et que c’est mon métier; j’ai une formation de directeur artistique en com, mais j’aimais dessiner plus que tout, alors j’ai commencé à être roughman (roughwoman ça n’existe pas) dans la publicité, et je faisais aussi des illustrations pour la presse enfantine. J’ai fait beaucoup de design de personnage pour la pub et du design de costume pour le théâtre. Mais c ‘est très récemment que je me suis mise à l’illustration et c’est allé très vite, la première maison d’édition qui avait passé une annonce et que j’ai contactée m’a proposé du travail.

2) J’ai eu l’occasion de chroniquer une de vos œuvres : « La Petite Marchande d’Allumette », comment avez vous eu l’opportunité d’illustrer ce conte ? Qu’est-ce que cela vous a apporté sachant que c’est un conte très connu ? Avez vous senti une quelconque pression ?

J’adore les contes parce que justement, on peut les illustrer à l’infini sans qu’il y ait de quelconque pression. Depuis Gustave Doré il y a eu tellement d’illustrateurs des contes du domaine public que tout est possible. Pour ce conte en particulier, c’est un coup de coeur de l’éditeur pour un dessin que j’avais réalisé pour des cartes postales qui a donné le ton et lancé l’idée, il voulait un conte pour Noël. J’ai la chance de travailler très vite aussi, alors la pression n’a été forte ni d’un côté ni de l’autre.


3) En furetant sur vos blogs, on peut voir que de nombreux autres petits livres sont en projets, certains même déjà sortis, était-ce là votre « rêve » ? Était-ce comme ça que vous voyiez le monde de l’illustration ? Avez vous été déçue ou tout a été au delà de vos attentes ? Notamment le travail avec les auteurs ou les maisons d’éditions.

J’ai commencé très récemment à illustrer des livres et cinq ont été édités. Je rêvais vraiment de pouvoir faire ce métier qui est très différent dans l’édition (dans la presse on vous demande un rendement avec des délais très courts). Comme j’ai commencé tard mais avec de l’expérience dans d’autres domaines, je savais ce qu’était la difficulté pour un illustrateur de vivre de son travail. Je n’avais donc pas d’illusions. J’ai été au contraire surprise de la rapidité avec laquelle
j’ai été contactée après ma première publication. En ce moment, je travaille avec un auteur que j’ai choisi, c’est une nouveauté !

4) Vous avez réalisé la couverture d’un roman, comment avez vous procédé ? L’auteur vous a t il fait lire le roman ? Parlez nous un peu de votre façon de travailler.

Oui il m’a envoyé son roman. Il faut aimer lire et aimer les livres pour les illustrer. J’adore lire, je suis une dévoreuse même! Il faut bien entendu lire ce qu’on va illustrer, ça, c’est le minimum requis, et il faut l’interpréter. Il y a des écrits qui me parlent tout de suite, et plus je suis libre, mieux je travaille. Je lis le texte une seule fois, je le découpe en fonction du nombre d’illustrations, s’il y a des illustrations à l’intérieur. Ensuite si besoin, j’y reviens mais c’est rare. Le plus souvent c’est l’éditeur qui met en relation un auteur et un illustrateur. Mais ce protocole est en train de changer, il y a de plus en plus d’auteurs indépendants et d’illustrateurs qui se mettent en relation par affinités. Pour ce qui est de ma technique, elle varie, c’est le plus souvent un mélange de plusieurs outils: graphite, aquarelle et design digital, une vraie cuisine.

5) Votre travail d’illustratrice tourne autour de la littérature, vous devez donc apprécier lire ? Quels sont vos livres préférés ? Vos auteurs ?

J’adore lire, et je serais bien en peine de dire quel est mon auteur préféré, j’aime les classiques Zola, Hugo, Barjavel, Kundera, Artaud, Nerval, je peux lire l’Illiade comme les Contes du Chat Perché, les romans du moyen âge, les essais, le roman contemporain, les histoires pour enfants, je lis tout! Si je devais choisir un top cinq des livres que je préfère, je pourrais décider de n’en prendre aucun parce que j’aurais trop de peine à renoncer aux autres !

6) Vous avez un style très doux, brumeux, vos œuvres semblent être réalisées d’un coup de crayon, avez-vous mis du temps à créer ce style ? Votre patte s’adapte parfaitement aux livres pour enfants, mais j’ai relevé un dessin plus « horrifique » sur votre site, pourquoi ce changement ? Aimeriez vous diversifier encore ?

J’ai toujours dessiné comme ça. Je ne saurais pas dessiner autrement que je ne le fais, mais par contre, je peux m’adapter à l’âge du lecteur. C’est ce que j’ai fait avec les dessins « horrifiques » dont vous parlez qui illustrent des histoires qui s’adressent aux ados; si c’est celui auquel je pense, il était encore plus horrifique au départ, l’auteur m’a demandé d’y aller plus doucement ! En général je dessine pour les enfants de trois à cent ans. Ça fait une palette assez large entre l’histoire pour les tout petits comme celle que j’illustre en ce moment, le conte pour les plus grands, le roman jeunesse et les contes licencieux. Le ton et le sujet changent, mais le style est le même.

7) Le monde de l’illustration est un monde bien compliqué aussi bien pour les droits que la rémunération. Vous est-il déjà arrivé qu’on vous demande une réalisation de façon tout à fait gratuite ? Que pensez vous de ce phénomène qu’est de quémander aux illustrateurs des réalisations sans contrepartie financière, juste avec la promesse de pub ? Que diriez-vous a ceux qui affirment qu’être illustrateur n’est pas un vrai métier ?

Je n’ai jamais travaillé pour rien, même si au début, mais il m’est arrivé de me contenter de vraiment très peu, le temps de me faire un book solide: la difficulté dans ce métier, c’est que tant qu’on n’a pas été édité, on n’est pas crédible. Une fois édité, il faut bien lire les contrats, on peut les rompre avant d’avoir signé, ça m’est déjà arrivé une fois, on ne vous fait pas une grâce quand on vous publie, il ne faut pas l’oublier! Pour les détracteurs du métier, je leur dirais qu’ils n’ont ni
raison ni tort, il est des illustrateurs qui vivent bien de leur métier, d’autres pas, ceux là ont souvent plusieurs casquettes, ce qui est une façon intelligente de pratiquer le métier qu’ils aiment.

8)  Pensez vous que la BD pourrait être quelque chose que vous puissiez faire ? Pourquoi ?

J’ai déjà fait de la BD pour la promotion d’un jeu, c’était très sympa, (et très long) j’ai travaillé deux mois non stop dans l’agence qui me l’avait commandée, j’en ai un bon souvenir, mais c’est autre façon de travailler.

9) Avez vous d’autres projets à venir, d’autres ouvrages à illustrer ?

Oui, j’ai trois ouvrages en cours, (dont deux albums) et deux commandes, et l’idée qui va peut être se concrétiser bientôt d’une exposition avec une jeune maison d’édition ! Je suis très excitée par ce projet…

10) Et pour finir, avez vous un message pour les jeunes gens qui rêvent de se lancer et d’illustrer ?

Quand on a une passion, on trouve toujours la solution d’une façon ou d’une autre. Pour être sûr(e) de vivre normalement, il vaut mieux associer cette activité à une autre pour tester la pérennité de son potentiel.

Publicités

Une réflexion sur “Violette Sagols – ILLUSTRATRICE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s