Sous les brumes de mafate

J’ai donc lu Sous les brumes de mafate, une romance publiée dans la collection Vénus de Évidence éditions. J’ai adoré cet univers, un peu brumeux.

Résumé : Mafate, autrefois refuge des esclaves « marrons », cirque né du volcan Le Piton des Neiges, se situe au cœur de l’Ile de La Réunion dans l’Océan Indien.
Synonyme d’isolement et de solitude (de par son relief tourmenté et chaotique qui empêche la route de pénétrer au cœur de ce paradis terrestre), on n’y accède que par des kilomètres à pieds en empruntant les sentiers de randonnée. Aujourd’hui, Mafate est devenu site protégé du patrimoine de l’UNESCO et doit aussi sa notoriété par la fabuleuse course à pied « la diagonale des fous ».
Mais pendant très longtemps, Mafatais et habitants du littoral ont mené deux modes de vie complètement différents : les uns isolés dans leurs montagnes, les autres profitant du confort de la vie moderne.
Par leur histoire, Marianne la fille du cirque et Ary, jeune homme de la ville, mènent le lecteur à découvrir l’évolution de ce site hors de commun, très apprécié maintenant par les amateurs de nature sauvage. »

Je vous ai déjà parlé de ce roman. Rappelez-vous mon article sur la romance (La romance sous toutes ses coutures). Je vous avez précisé que je n’allais sûrement pas tarder à craquer pour cette histoire et bien voilà.  Nous sommes bien faibles face à l’appel de la littérature, n’est-ce-pas ? Je vous parle donc de cette histoire d’amour d’un autre genre.

La plume…
Tout d’abord, j’aimerais souligner un point très important : le style de l’auteur. Sa plume est enchanteresse, voluptueuse. Elle va parfaitement avec l’ambiance du roman. Et on peut même se demander si ce n’est pas cette plume qui donne à cette histoire, cette atmosphère si atypique.

L’intrigue…
Passons maintenant à l’intrigue. Voilà une romance à la « Roméo et Juliette ». C’est ce que j’ai pensé quand j’ai lu le résumé. La fin surtout. Parce qu’on a les habitants du haut et les habitants du bas. L’auteur réussit brillamment à montrer le contraste entre ces deux modes de vies. Et, un peu à la Shakespeare, cet amour semble impossible, irréaliste et chimérique. Les états d’âme des personnages sont exprimés avec souplesse et on va alors vite s’attacher à ces deux amants, déchirés par des convenances et ce mur invisible qui semble ne pas vouloir céder.  Les personnages vont alors se retrouver face à eux-même pour une remise en question totale de leur façon de vivre et de penser. Ce que j’ai adoré c’est que l’on suit vraiment l’évolution de leur relation, du début à la fin.

Le lieu…
Pour ce qui est du décor, c’est vraiment un régal. Un endroit sublime, totalement replié sur lui-même et qui vit très bien comme ça. Une place où les traditions, les coutumes (souvent religieuse) sont restées et omniprésentes, bien qu’on n’hésite pas à les outrepasser quand cela semble… inévitable ? C’est un peu comme si Mafate sortait tout droit d’un rêve, entre brume et brise matinale.

Au final, je le conseille sans vergogne à tous les fans de l’amour à l’état pur, sans artifice. Une très belle leçon de vie et une romance à déguster sans modération. Pour vous procurer ce roman, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Publicités

6 réflexions sur “Sous les brumes de mafate

    • Les histoires d'Amelia dit :

      C’est vrai que la couverture n’en dit pas beaucoup ^^ Mais pour le coup, je te le conseille vraiment ! J’ai passé un très bon moment de lecture !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s