La romance sous toutes ses coutures

Je reviens avec un article un peu spécial aujourd’hui. Pour ce nouveau Focus Littérature, je vais vous parler de la romance. Après avoir lu Le supplice de la Saint Valentin de Jennifer Didi et avoir, de ce fait, découvert la Dark Romance, je pense qu’un tour d’horizon de tous les sous-genres qui composent la romance s’impose.

lignes

La romance SFFF…
Aussi appelée la romance paranormale, ce sous-genre est, je pense, un de ceux que je connais le mieux. Quels auteurs peut-on citer ? Hum, Stephenie Meyer et sa saga Twilight, L.J. Smith et la plupart de ses publications : Night World, The Secret Circle… Ou encore Meg Cabot et quelques unes de ses parutions, notamment Insatiable. Il y en a bien d’autres mais, si j’en fais la liste, nous en avons pour la journée (seulement la journée ?). On peut également parler de Young Adult et de New Adult dans cette catégorie. En fait, on peut parler de YA et NA dans toutes les sous-catégories de romance car ce n’est que le public auquel s’adresse les histoires d’amour. Mais j’y reviendrais plus tard dans un petit encart.
La romance paranormale est très appréciée et donc extrêmement populaire. Elle a ses propres codes comme la plupart des sous-catégories. Ici, on est souvent dans la Bit-Lit. Par là, j’entends des vampires, des sorcières, des loups-garous, des créatures imaginaires et fantastiques donc. Je parle là, de la romance fantastique. Je ne vais pas m’éterniser sur celle-ci d’ailleurs, elle est assez connue.
La romance en fantasy et en science-fiction est moins populaire, en revanche. En effet, j’ai remarqué qu’assez souvent, l’histoire d’amour est au second plan au profit d’une intrigue plus adaptée à ces deux genres. Une bonne vieille épopée pour la fantasy et des guerres interstellaires et autres voyages dans l’espace pour la science-fiction. Attention, je ne dis pas que ça n’existe pas, bien au contraire. Je ne peux malheureusement pas citer de romance fantasy mais goodreads en a fait une sélection, par ici. Je peux, néanmoins, vous parler d’une saga de romance science-fiction que j’adore : Les chroniques lunaires de Marissa Meyer.


FOCUS ON… Les chroniques lunaires de Marissa Meyer

cinderRésumé : Les humains et les androids se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille…Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.

Voilà un sacré résumé (celui du tome 1) qui ne parle aucunement de romance. Mais, comme vous avez sans doute pu le remarquer, ce premier tome se nomme Cinder. Cinder… Cinderella et donc Cendrillon. Marissa Meyer nous emmène dans son univers très bien construit où vont se mêler contes de fées et science-fiction. Et qui dit « contes de fées » dit histoire d’amour. Je peux sans problème qualifier cette oeuvre de Young Adult. 4 tomes sont déjà parus : Cinder, Scarlet, Levana et Cress. Levana étant un préquel (ce qu’il se passe AVANT l’intrigue principale). Je les ai tous lu et je peux donc, sans vergogne, vous inciter à les découvrir sans plus tarder !


La romance contemporaine…
ultime-round-faire-naitre-la-chance
C’est là le genre que l’on retrouve le plus dans la littérature. Et, je l’avoue, celui que j’aime le
moins. Bien que je ne me refuse pas une petite romance de temps en temps, ça fait toujours du bien. Ce que je n’apprécie pas dans ce sous-genre est le côté très « fleur bleue » que l’on retrouve souvent. L’amour dégoulinant, ce n’est pas pour moi. Néanmoins, lorsqu’une intrigue de fond s’installe et perdure, la lecture devient intéressante et plus que prenante. Prenons comme exemple Ultime Round : Faire naître la chanceC’est, sans aucun doute, une histoire d’amour, mais avec une toile de fond : la boxe.
La romance contemporaine a cependant évolué, car fortement dépendante de l’époque dans laquelle vit l’écrivain. Au XXè siècles par exemple, la femme va souvent se marier et avoir des enfants, quand à notre époque, elle sera davantage libre et indépendante.


FOCUS ON… Young Adult VS New Adult

N’étant pas tellement certaine de la différence entre ces deux termes, je suis allée me renseigner sur la blogosphère et j’ai découvert sur le blog Prends un livre et détends toi, un article fort intéressant sur cette différence. Et en lisant, il semblerait que ma notion de départ était juste. On peut dire que le Young Adult est adressé à un public adolescent. Ce sont alors les romans pour ados où l’érotisme, les scènes de sexes sont « bridées », du moins, moins présentes et moins sexuelles (il n’y en a carrément pas pour certains romans). Quand le New Adult est davantage pour un public adulte (ou jeune adulte) où là, les scènes de sexes sont bien présentes. Maintenant que ce point est éclairci, continuons notre voyage dans les tréfonds de l’amooouuuur.


La romance multiculturelle…
Je ne savais pas que ce genre de la romance s’appelait ainsi, on en découvre tous les jours. La romance multiculturelle c’est lorsqu’un homme blanc par exemple aime une femme noire, à une époque où le racisme était bien plus que présent. Une sorte d’amour impossible à la Roméo et Juliette mais en plus dramatique. Je ne pourrais pas vous citer de roman mais un film cependant : Loving. Très récent, je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller le voir mais j’y pense.


La romance historique…
Voilà un sous-genre que j’apprécie énormément. Malheureusement, je n’en lis pas assez à mon goût. La romance va alors être ancrée dans une époque précise. Et là, si on essaie de la rendre intemporelle, elle perd tout son attrait. En effet, la romance historique se doit d’être figée dans un espace, une époque donnée (antérieure à celle de l’écrivain évidemment). On a alors un contexte qui rendra l’histoire plus ou moins intéressante en fonction du parti que prendra l’auteur.


La romance érotique…
affranchis-moiVoilà un genre auquel je m’essaie tranquillement. Je vais inclure dans ce paragraphe la romance BDSM également sous toutes ses formes (érotisme + scènes de dominations/soumissions). Quelle auteur me vient de suite ? Eva Adams évidemment. Rappelez-vous, j’ai récemment chroniqué le premier tome de sa Trilogie Panama. J’ai alors découvert un autre genre, plus doux et même brutal parfois, mais intimiste à coup sûr. Dans l’érotisme on rentre dans la vie privée des personnages, on les épie et on adore ça. (entre nous, je pense qu’eux aussi). Dire ça fait un peu perverse. Ha ha ! J’aime donc beaucoup ce genre qui nous fait rougir sans vergogne. On est happé par ces histoires d’amour, intenses et insidieuses. Pour ce qui est du BDSM, je pense que c’est une suite logique à qui apprécie les histoires d’amour qui sortent de l’ordinaire. Parce que l’amour naît de tout et est magnifique sous toutes ses formes. C’est vraiment ce message que les auteurs de ce genre veulent faire passer. Du moins, je crois. Ha ha !


La Dark Romance…
Ah, voilà le genre qui m’a donné envie d’écrire cet article. En effet, après ma lecture du Supplice de la Saint Valentin de Jennifer Didi, je me suis interrogé sur la multitude de genre qui peuplait la romance. J’ai appris que les lecteurs affirment qu’un genre nouveau apparaît au moins tous les ans. Ils semblent que celui-ci soit le dernier en date. Appelé la romance interdite, ce genre met en scène des intrigues proches des films d’horreurs ou d’épouvantes, mais se terminant toujours bien. Je ne vais pas m’éterniser dessus, j’ai déjà écris une explication sur ce sous-genre dans mon article sur la novella de Jennifer Didi.
J’ai d’ailleurs eu l’opportunité d’interroger cette auteur dont cette novella est sa première approche du genre. Que pense-t-elle alors de la Dark Romance ?
« C’est un genre que j’aime bien s’il est bien exploité par l’auteur. Personnellement, je ne supporte pas les scènes de viol, c’est pour cela que je n’en ai pas mis dans ma novella. L’humiliation non plus n’y a pas sa place mais je sais que cela ne dérange pas certaines lectrices. La dark romance est un thème assez vaste finalement et on peut trouver de tout ! A chacun ses goûts » Jennifer Didi.


La romance pour la collection Vénus de Évidence éditions…
Pour terminer ce tour d’horizon, j’ai posé quelques questions à Elsa C, la directrice de la collection Vénus chez Évidence éditions. Je lui ai alors demandé ce qu’elle appréciait dans la romance : « Alors pour moi c’est un tout il me faut une histoire avec de l’amour mais j’aime aussi et surtout les histoires qui sortent de l’ordinaire comme pour Sous les brumes de mafate ou d’autres qui vont sortir et où la fin n’est pas toujours un happy end ».


FOCUS ON… Sous les brumes de mafate de Lucie Noël/Richard

Résumé : « Mafate, autrefois refuge des esclaves « marrons », cirque né du volcan Le Piton dessous-les-brumes-de-mafate Neiges, se situe au cœur de l’Ile de La Réunion dans l’Océan Indien.
Synonyme d’isolement et de solitude (de par son relief tourmenté et chaotique qui empêche la route de pénétrer au cœur de ce paradis terrestre), on n’y accède que par des kilomètres à pieds en empruntant les sentiers de randonnée. Aujourd’hui, Mafate est devenu site protégé du patrimoine de l’UNESCO et doit aussi sa notoriété par la fabuleuse course à pied « la diagonale des fous ».
Mais pendant très longtemps, Mafatais et habitants du littoral ont mené deux modes de vie complètement différents : les uns isolés dans leurs montagnes, les autres profitant du confort de la vie moderne.
Par leur histoire, Marianne la fille du cirque et Ary, jeune homme de la ville, mènent le lecteur à découvrir l’évolution de ce site hors de commun, très apprécié maintenant par les amateurs de nature sauvage. »

Je n’ai pas lu ce roman, bien que le résumé soit très alléchant et que j’avoue, j’en ai plutôt envie. Je vais sans doute craquer dans peu de temps. Ha ha ! Voilà une romance qui me plaît. La question est pourquoi ? Comme je vous l’ai expliqué un peu plus haut, j’aime les romances avec une toile de fond. J’aime quand la romance n’est pas le seul intérêt de lire le roman. Ici, on va découvrir un site du patrimoine de l’UNESCO, on va voyager dans une terre inconnue et découvrir un monde comme inexploré. Elsa C, nous explique : « C’est de l’histoire d’amour comme on peut en avoir nous, tous les jours, mais dans un lieu paradisiaque. Quand je dis paradisiaque, je pense que c’est un lieu où tu ne peux pas aller en voiture, c’est à pieds que tu y arrives et tout est encore fait à l’ancienne. Ils sont ravitaillés en hélicoptère mais doivent vivre de la terre. »


Et bien, voilà, il semble que ce soit terminé. J’espère que ce Focus Littérature vous aura plu et qu’il vous aura donné quelques idées de lecture. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et surtout me citer vos lectures et auteurs de romance préférés. Un grand merci à Jennifer Didi et Elsa C qui ont accepté de répondre à mes questions !

Publicités

7 réflexions sur “La romance sous toutes ses coutures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s