Episode 1 : Le chevalier Béantreux

Ah !!! Oh, pardonnez mon engouement un peu vif ! Je vous parle donc de l’épisode 1 de Lost Ages : Le chevalier Béantreux. je vous avez parlé de cette série dans un précédent article de la rubrique « Lumières sur… » Voyons voir ce que j’en pense maintenant !

Résumé : Il s’appelle Redo Lagagne, seigneur du Béantreux. C’est un chevalier impérial, l’homme lige de l’impératrice de Magnolie. On le dit fier, intelligent et bagarreur. Sa quête ne fait que commencer…

lost-ages

Première rencontre, premier craquage…

Sylvain Desvaux est un auteur que j’ai récemment découvert avec Noir, publié chez Évidence éditions. J’ai d’abord reçu ce roman en numérique dans le cadre de mon partenariat avec la maison d’édition. J’ai tellement accroché que j’ai stoppé net ma lecture et couru en librairie le commander en version papier. Plus qu’à attendre le texto confirmant l’arrivé du bouquin. YEAH !

Ici, c’est encore lui mais cette fois, pas de fantastique mais de la fantasy ! Après la débâcle du Royaume du Pacifique, quel bonheur que de lire de la bonne littérature française. Et franchement, je ne savais pas qu’on pouvait tomber amoureux d’une plume. Sylvain Desvaux écrit avec fluidité et dévotion. On ressent toute sa passion pour ses genres de prédilections que sont la SFFF. Un régal, à chaque ligne, une orgie livresque, un phrasé fin et un vocabulaire riche !

Parlons un peu plus en détail du premier épisode de Lost Ages. On va rencontrer le personnage principal de cette série de fantasy (publiée chez Nutty Sheep) : le chevalier Béantreux aussi appelé Redo. C’est un personnage au caractère bien trempé et qui semble d’ailleurs assez haut placé. Une fine lame, et un profond servant du royaume, ce personnage semble assez intéressant. Semble seulement car c’est une première rencontre. Dès le début de l’histoire, on est propulsé dans l’intrigue. Les explications sont racontées de telle sorte qu’on ne se sente pas oppressé par un surplus d’informations qui aurait rebuté le lecteur.

Ce premier épisode se termine comme un cheveu sur la soupe. Vous savez comment j’appelle ça ? C’est comme le marché captif en économie : le producteur va garder les consommateurs captif de son produit car c’est un produit de première nécessité, il peut donc augmenter le prix comme il veut. Un peu d’économie ça fait pas de mal ! Et bien, Sylvain Desvaux a fait pareil, c’est la série captive ! Il a créé un vrai Cliffhanger qui fait qu’on a qu’une envie : lire la suite. Je suis donc captive de cette série de fantasy !

Au final, j’ai adoré (vous en doutiez encore ?), je vous le conseille ! Une fois, deux fois, à l’infini ! Pour vous procurer le premier épisode, c’est par ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s