Les chemins de la délivrance

J’ai donc terminé de lire Les chemins de la délivrance de Christelle Rousseau, publié chez Évidence éditions dans la collection Électrons Libres. J’ai été prise dans cette douloureuse Histoire.

Résumé : La seconde guerre mondiale éclate. La vie de millions de gens va en être bouleversée. Certains vont y voir une manière de grimper l’échelle du pouvoir, d’autres vont se lancer à corps perdu dans la guerre ou la résistance, quelque soit leur camp. Leur destin va en être totalement changé. Quelques fois la réalité va se révéler plus cruelle que prévue et imposer des choix et des décisions qui auront un impact plus ou moins important sur leur destinée. Louise, Simone, Dieter, Katerina, Gustav et bien d’autres, vont se retrouver entraîner dans la spirale infernale de la guerre dont ils ne sortiront pas indemnes.

les-chemins

Un peu d’Histoire…
Qui ne connaît pas la Seconde guerre mondiale ? Qui ne connaît pas Hitler et le nazisme ? La croix gammée et les SS ? Qui ne connaît pas le « Heil Hitler ! » ? On l’étudie au collège, au lycée, certaines personnes en parlent encore dans le supérieur. Parce que c’est une période qui a marqué l’Histoire. C’est un passage de la vie des Allemands, des Français, des Européens, de la population mondiale, un passage que l’on ne doit jamais oublier. C’est ça, les chemins de la délivrance. C’est la Seconde guerre mondiale, racontée pour que l’on n’oublie pas. Pour que l’on n’oublie pas les douleurs, et les souffrances. Pour que l’on n’oublie pas ceux qui ont donné leur vie pour sauver leurs voisins, leurs amis, ces inconnus rencontrés au coin d’une rue.

Le style…
Christelle Rousseau a réussi avec brio à montrer la détresse mais également la force de ceux qui, en secret, ont participé à la marche de la Victoire. Elle nous raconte la vie de plusieurs personnages, leur désespoir et leur conviction. J’ai beaucoup accroché, j’ai adoré ! J’ai redécouvert cette guerre du point de vu de tous ces gens, aussi différents les uns que les autres.

Le seul point négatif que j’ai relevé est au niveau du style. Au début du roman, les répétitions de mots sont constantes et rendent le récit un peu lourd, bien que l’on s’habitue assez rapidement. Le nombre assez élevé de point de vu aurait pu nous perdre mais Christelle Rousseau a finement bien mené sa barque.

Au final, un roman fort à la morale immuable : « Que jamais une telle chose ne recommence ». Parce que c’est en en parlant, que l’on n’oublie pas ! Merci Christelle Rousseau pour ce moment d’enchantement livresque. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Publicités

4 réflexions sur “Les chemins de la délivrance

  1. theedenofbooks dit :

    Si tu aimes le sujet, je te conseille la série The man in the high castle (je ne sais pas si tu connais). Elle provient de l’adaptation du livre de Philip K. Dick. Il s’agit d’une uchronie. Dans ce monde, c’est l’Allemagne qui a gagné la guerre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s