Moi, Daniel Blake

Je suis donc allée voir Moi, Daniel Blake, un film de Ken Loach. Je pense que vous devez tous connaître ce film, après tout, il défraye la chronique encore maintenant en Angleterre. Je vais donc vous parler de ce film qui a obtenu la palme d’or.

Synopsis : Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…

(c) le figaro.fr

(c) le figaro.fr

Je voulais le voir depuis pas mal de temps mais mon emploi du temps ne m’a pas permis d’aller le voir avant malheureusement. Alors, je vous en parle presque un mois après sa sortie. Je savais pertinemment à quoi m’attendre et malgré ça, j’ai été surprise. J’ai été profondément touchée.

Ce film reflète l’état de la société britannique actuellement. Faisant des études d’économie, je sais très bien que l’Angleterre est extrêmement libéralisée. Le contrat à zéro heure en est l’exemple parfait. Moi, Daniel Blake va montrer que cette quête constante du moindre profit n’est pas forcément une bonne chose pour l’humain. Ken Loach pointe du doigt les dérives du système social britannique, avec brio et finesse.

Alors, oui, je ne vais pas le cacher, j’ai pleurer ! J’ai pleurer, en silence. C’était une douleur profonde. Parce que je savais que c’était vrai. Je savais que ce genre de chose arrive vraiment et ça m’a retournée. À la fin du film, j’étais complètement vidée. Plus rien, il n’y avait tout simplement, plus rien à dire.

Un tableau très réaliste de la misère sociale en Angleterre. Un film qui doit être vu, qui mérite d’être regardé et qui vaut vraiment sa palme d’or ! 

Publicités

5 réflexions sur “Moi, Daniel Blake

  1. artontherain dit :

    J’en avais seulement entendu parler par les cahiers du cinéma comme un film « gaucho » ta critique me le confirme du coup haha j’aimerai bien le voir j’aime bien Ken Loach même si il est un peu manichéen avec sa vision socialiste mais j’avais adoré la part des anges^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s