Tropique de la violence

ATTENTION ! CERTAINS PROPOS ET SCÈNES PEUVENT CHOQUER LE LECTEUR


Il était en sur un présentoir dans la bibliothèque où je travaillais. Je l’ai vu. Je l’ai pris. Puis, du coup, je l’ai lu. D’un coup ! Comme ça !

Résumé : « Ne t’endors pas, ne te repose pas, ne ferme pas les yeux, ce n’est pas terminé. Ils te cherchent. Tu entends ce bruit, on dirait le roulement des barriques vides, on dirait le tonnerre en janvier mais tu te trompes si tu crois que c’est ça. Écoute mon pays qui gronde, écoute la colère qui rampe et qui rappe jusqu’à nous. Tu entends cette musique, tu sens la braise contre ton visage balafré ? Ils viennent pour toi. »
Tropique de la violence est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

Waouh ! C’était quelque chose ce bouquin ! Nathacha Appanah a une sacré plume. Une plume brute qui dit tout sans filtre. un régal ! Ce roman est presque un coup de cœur. J’ai vraiment adoré ! Certains passages m’ont pris à la gorge. J’ai eu comme des envies de vomir. Je vous partage mon désarroi, hé hé ! Certains passages m’ont profondément choqué. D’autant que c’est réel. D’autant que ce sont des choses qui arrivent en vrai.

Ce roman nous raconte la misère de certains habitants (enfants !) sur l’île de Mayotte. Quand je l’ai lu, je me suis dit que ce n’était pas possible. C’est pourtant un département français ! Et c’est sans doute ça le plus triste. Le fait que ce soit vrai. Au delà même de la violence décrite et de l’effroi que j’ai ressenti durant ma lecture, le fait que ce soit vrai est le plus dur à avaler. Pendant que nous on vit notre petite vie de blanc bien tranquille en France métropolitaine. Pendant que nous on peut se plaindre du prix du pain qui a encore augmenté (ou des pains au chocolat !), eux ils vivent cette putain de misère. J’écris de la même manière que Nathacha Appanah, brutalement et avec force. Mais, c’est ça que j’ai ressenti en le lisant. Je ne pense pas que c’était le message qu’elle voulait faire passer. Juste pour montrer et alerter peut-être.

Au final, un roman dur qui expose la face cachée d’un endroit où on rêve de passer nos vacances. Un roman qui nous fait nous poser une seule question : « Comment ça peut arriver dans un département français ? Pays des droits de l’hommes ! » 

Publicités

Une réflexion sur “Tropique de la violence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s