La plume d’Isandre – BLOG

Isandre, amoureuse de l’écriture, écrit des poèmes nouvelles, rédige des articles sur le web et évidemment tient un blog. Sur ce blog on découvre ses passions, sa vie en Autriche. Avec cette interview, tentons de découvrir encore davantage Isandre et sa plume.

   

1) Vous êtes Auteur, Rédactrice et Traductrice, comment arrivez-vous à gérer toutes ces casquettes ?

A vrai dire, je considère que ces activités se regroupent toutes sous la casquette activités d’écriture, même si bien sûr elles sont différentes. J’ai un peu détaillé parce que je souhaitais qu’on sache ce que je pouvais faire et ce que l’on pouvait me demander.  Je ne veux pas me fermer des possibilités d’évoluer, notamment en m’enfermant dans une étiquette ou dans un cadre trop rigide. D’ailleurs, depuis, je suis aussi aussi devenue blogueuse, avec la Plume d’Isandre   Plus concrètement, je m’organise au fur et à mesure des envies, des opportunités et des rencontres. J’aime bien annoncer mon programme aux personnes qui me suivent sur Facebook, cela me permet de partager mes intérêts et mes projets, mais aussi cela m’aide à avoir une idée claire de ce que j’ai  à réaliser dans mon planning.

2) Vous aimez l’écriture et la lecture, mais d’où vous vient cette passion ?

Du moment où j’ai compris, avant même de savoir lire, que les signes sous les images de l’album racontaient une histoire. Il m’a tout de suite semblé qu’il n’y avait rien de plus merveilleux au monde que de pouvoir écrire et de pouvoir aussi lire toutes les histoires qui avaient déjà été racontées. Là aussi, j’ai toujours aimé découvrir. En grandissant, l’écriture et la lecture sont de plus devenues des alliées précieuses pour essayer de comprendre le monde, les autres, moi-même et surmonter les moments difficiles en m’évadant.

3) Quel genre de livres préférez-vous lire ? Vos auteurs préférés ?

Je fonctionne par période. Actuellement, j’aime beaucoup les livres de développement personnel, mais j’ai eu ma période romans policiers, ma période auteurs classiques, ma période littérature anglaise, etc…Bien entendu, je ne lis pas que ça, j’ai toujours aimé tomber aussi sur des livres un peu au hasard. Pour cela. chroniquer des services de presse es idéal ! La liste de mes auteurs préférés est très longue, là non plus, je n’aime pas me réduire. Je suis une fan de Jane Austen, et des auteurs anglais du XIXeme siècle, j’aime beaucoup l’humour de Terry Pratchett. J’apprécie la vision de la vie de Jean-François Vézina, un auteur Québecois que j’ai eu la chance d’interviewer. Mon auteur préféré, c’est toujours le prochain qui va me captiver !

4) Vous habitez en Autriche, pourquoi ce choix ? Vous aimez voyager ?

Oui, j’aime voyager. C’est un choix familial, mon mari voyage beaucoup pour son travail et nous nous sommes rendu compte que Vienne était une de ses escales fréquentes. Nous avons pensé que c’était une opportunité pour toute la famille de découvrir cette ville extrêmement riche au niveau culturel, de perfectionner notre connaissance de la langue allemande et de changer un peu de vie. Le lycée français de Vienne nous permettait de scolariser nos enfants facilement. Nous étions depuis 17 ans dans la région genevoise. C’est vraiment une très longue période pour moi, auparavant le maximum de temps où j’étais resté quelque part (et ce depuis mon enfance), c’était 7 ans. C’est une région que j’ai beaucoup aimé et j’y garde des liens, j’écris notamment toujours pour le  Daily média,  qui est basé à Genève. Lorsque nous avons décidé de venir à Vienne très vite et tout s’est mis en place très facilement, nous avons donc suivi le courant.

5) Lisez-vous des livres étrangers découverts lors de vos voyages ?

Oui, bien sûr. Actuellement, j’essaie de lire Victor Frankl, un psychologue autrichien dont la philosophie de vie extrêmement positive me fascine et dont j’admire la personnalité, car ce monsieur a été déporté et a perdu presque toute sa famille dans les camps, mais il n’a pas cessé de chercher un sens positif à sa vie, même dans les conditions les plus horribles. Sa personnalité et son histoire, ses choix, sont en accord avec sa pensée. Lorsque je parle la langue, j’essaie de lire dans la version originale. Là, j’ai acheté le livre en allemand et en anglais, pour m’aider car mon niveau d’allemand est un peu plus faible. Mais je suis aussi en Autriche pour le perfectionner. En revanche, lorsque je ne parle pas du tout la langue du pays où je me rends, c’est difficile d’accéder à sa littérature. Mais c’est une idée que vous me donnez.

6) Parlons maintenant de vos talents de poètes, d’où vous vient l’inspiration ? Ecrivez-vous au fil de la plume ? Avez-vous publié des ouvrages ?

Oui, j’ai publié un recueil de poésies « Parentines ». J’ai également publié des poèmes dans plusieurs recueils collectifs et dans de nombreuses revues. Je crois que l’inspiration vient de la vie elle-même, de ce qui nous nourrit, nous heurte ou nous interroge et que nous avons envie de partager avec d’autres. Je pense que la poésie permet de voir les choses et des exprimer sous un autre angle, qu’elle est une sorte de langage du cœur et de l’âme. En ce qui concerne la poésie, oui, j’écris au fil de la plume, c’est certainement là que je me mets le moins de contraintes. J’ai souvent des mots ou des phrases qui me viennent et je les utilise comme amorce.

7) Revenons à votre blog, depuis combien de temps tenez-vous ce blog ? Pourquoi vous êtes- vous lancée dans cet aventure ? La passion de la lecture et de l’écriture ?

Je tiens le blog La Plume d’Isandre depuis décembre 2015. Je me suis lancée dans l’aventure comme je me suis lancée pour venir à Vienne, on pourrait dire sur un coup de tête, ou plutôt comme a dit une de mes amies « un coup de cœur » J’étais réticente à faire à nouveau un blog car je savais que c’était très prenant. J’en avais déjà fait un autre il y a plusieurs années « Sandrine, Isandre et les mots ». J’avais déjà aussi essayé de me relancer, mais j’avais choisi un hébergeur qui ne me plaisait pas. Mais je me suis fait en Autriche une amie qui travaille dans les réseaux sociaux, http://www.irenemichl.at/, et qui m’a invitée, comme rédactrice Web, à un événement où il y avait beaucoup de blogueurs (Article)  et cela m’a donné envie. Il a suffi qu’elle me demande si j’avais un blog pour me donner l’impulsion d’en refaire un…

8) Pour ce qui est de l’aspect technique, combien de temps consacrez-vous à votre blog ? Comment procédez-vous pour la rédaction d’articles ?

Pour le temps, une ou deux matinées par semaine pour écrire des articles, puis pour chaque article une soirée pour les partager sur les réseaux sociaux. Je ne peux pas donner une estimation exacte, il m’arrive aussi de passer sur mon blog pour vérifier les statistiques, opérer des réglages. Et lorsque je partage sur les réseaux sociaux, j’en profite aussi pour communiquer avec les autres blogueurs, lire leurs articles, etc…C’est à la fois un travail d’écriture et un loisir, donc je peux parfois juste y venir parce que j’ai envie de le faire. En revanche, j’essaie d’avoir une régularité de deux articles par semaine. Avec des pauses de temps en temps pour réfléchir et que cela ne devienne pas un esclavage. J’essaie d’écrire rapidement les chroniques auxquelles je me suis engagée, et qu’il y ait toujours en plus sur la page un article de voyage ou de découverte avec un peu plus de photos.

9) Aimeriez-vous vivre de votre blog à l’aide de pub, etc … ?

J’aimerais que l’ensemble de mes activités d’écriture, blog compris, me permettent d’avoir un revenu stable et suffisant. Mais je ne me suis pas simplifié les choses en voyageant. Pour la pub, je suis un peu partagée. Je suis favorable à ce que ce soit un moyen de soutenir les écrivains, les artistes ou des projets qui ne seraient pas rentables financièrement. Mais je suis réticente à la pub elle-même, opposée à la plupart des messages qu’elle véhicule, à son invasion partout. Je trouve paradoxal que la liberté de pensée artistique soit soutenue par la publicité commerciale. C’est un mélange très étrange. Je n’ai donc pas encore trouvé le moyen idéal pour moi de vivre de mon blog. Je suis très favorable au revenu minimum de base car je vois ce que cela permettrait au point de vue de la création artistique notamment, en libérant les artistes de la peur de manquer.

10) De plus en plus de Webzine voit le jour, que pensez-vous de ce phénomène ?

J’attends de voir. Je trouve toujours magnifique que chacun puisse créer et s’exprimer comme il le souhaite et les possibilités offertes par Internet dans ce domaine. Que nous puissions aussi avoir le choix de ce que nous pouvons lire. Mais, je sais d’expérience qu’un Webzine, c’est beaucoup de travail, que cela demande de la persévérance et que la multiplication fait que la visibilité est parfois un peu compliquée. Alors je suis heureuse de cet élan créatif mais sceptique sur le fait que tous les Webzines survivront. Ceci dit, sur Internet, les choses changent très vite, donc je pense que c’est une très bonne chose que chacun puisse explorer ce qui l’intéresse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s